Vous êtes ici : Accueil > Le temps scolaire > Disciplines > Éducation civique > Des poèmes contre les dicriminations
Publié : 25 mai 2007
Format PDF Enregistrer au format PDF

Des poèmes contre les dicriminations

Avec leurs professeurs de français et d’histoire géo, les élèves de 5e1 ont composé des poèmes pour lutter contre toutes les formes de discriminations. Ils vous présentent quelques exemples de leur création.

Est-ce possible ?

Comme il est né de couleur noire

Il ne lui restait que peu d’espoir

De prouver que ce n’était pas lui

Qui avait commis un délit.

Les informations comme l’éducation

Devraient stopper la discrimination.

Alors peut-être la tolérance

Prendrait un plus grand sens.

Ne regarde pas l’extérieur

Vois plutôt l’intérieur.

Les hommes sont de toutes couleurs

Mais ils ont tous le même cœur

Arrêtons d’avoir peur,

Vivons dans le bonheur.

Julie Alves 5e1

Le sonnet de l’handicap

Si tu te sens distinct des autres individus
Telle une bête que l’on contemple constamment
A cause de ton handicap vraiment gênant,
Ignore ces personnes qui te sont inconnues.

Si tu te sens rejeté par les autres gens,
Comme un monstre que l’on regarde avec terreur,
Dans le fond, ces individus n’ont pas de cœur :
Bref, ils sont tout autant méchants que médisants.

Alors pensons à ces personnes handicapées,
Qui ont tellement de mal à se déplacer
Surtout dans les lieux publics inadaptés.

Alors pensons à ces personnes malchanceuses,
Qui sont regardées comme des bêtes curieuses.
Celles-ci sont aussi gentilles que nous. Aidons-les !!!

Julie Mouquet 5e1

Tous différents mais tous égaux

Qu’on n’ait pas la même couleur de peau qu’importe !
Qu’on n’ait pas tous la même religion qu’importe,
Nous sommes tous libres et égaux devant la loi.
Nombreux sont les noirs volontaires et peu payés.
Sursautant au rythme de gros marteaux piqueurs,
Posant le goudron de nos routes, et épuisés,
Ils sont contraints de prendre notre dur labeur.

Qu’on n’ait pas la même couleur de peau qu’importe !
Qu’on n’ait pas tous la même religion qu’importe,
Nous sommes tous libres et égaux devant la loi.
Les jaunes attendent tous les jours,
Sans relâche nuit et jour,
Dans les ateliers courbés
Courageux déterminés
Coule la sueur sur leur nez.

Qu’on n’ait pas la même couleur de peau qu’importe !
Qu’on n’ait pas tous la même religion qu’importe,
Nous sommes tous libres et égaux devant la loi.
Les rouges ont été massacrés et déplacés,
Ils ont été éliminés et oubliés,
Car ils n’avaient rien en commun avec nous autres.
Ils sont tels des fleurs qui se fannent d’un jour à l’autre.

Brieuc Le Brozec 5e1